Retour à l’accueil

Covid-19 : plan de relance pour faire face aux conséquences de la pandémie

Alors que l'UE connait une forte récession économique suite à la pandémie, des investissements majeurs sont prévus pour soutenir les citoyens et les entreprises.

La Commission européenne a présenté au Parlement européen un plan de relance économique de 750 milliards d'euros qui, accompagné d'une révision du budget à long terme de l'UE, devrait atténuer le choc entrainé par le coronavirus et préparer le terrain pour un avenir durable.
Suite à l'accord conclu mi-juillet entre dirigeants de l'UE sur le budget à long terme et le plan de relance, les députés ont adopté, lors d'une session plénière le 23 juillet, une résolution qui présente leur position en amont des négociations avec le Conseil. Le Parlement a salué l'accord et le montant global du plan de relance mais ils ont par contre déploré la réduction du nombre de fonds attribués sous formes de subventions. Les députés réclament également un contrôle démocratique de l'instrument de relance par le Parlement - la seule institution de l'UE dont les membres sont directement élus.

Next Generation EU : le plan de relance de la Commission européenne

Le 27 mai, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dévoilé le plan de relance - baptisé « Next Generation EU » - qui a pour objectif de contrer les dégâts causés par la pandémie, tout en encourageant l'émergence d'une UE plus verte, numérique et résiliente.
Cette proposition voit la Commission emprunter de l'argent sur les marchés financiers avec des couts d'emprunt avantageux, grâce à sa cote de crédit élevée. Le plan de la Commission envisageait de distribuer 500 milliards d'euros en subventions. Lors de leur sommet du 17 au 21 juillet, les dirigeants de l'UE ont toutefois revu ce montant à la baisse, pour atteindre la somme de 390 milliards.
Les fonds permettront à l'UE d'atteindre ses objectifs clés, tels que la neutralité climatique et la transition numérique, tout en soutenant l'emploi et renforçant le rôle de l'UE.
Le plan de relance de la Commission a été présenté lors de la session plénière de mai, accompagné d'une révision du budget 2021-2027 de l'UE, le tout atteignant la somme de 1100 milliards d'euros. Les dirigeants de l'UE ont réduit cette enveloppe pour atteindre 1074 milliards d'euros, provoquant des protestations de la part des députés qui ont souligné que cela mettait certains programmes essentiels en difficulté.
Ces propositions doivent à présent être négociées entre le Parlement et le Conseil.

Sombres prévisions économiques

Les dernières prévisions économiques, présentées par la Commission européenne début mai, montrent à quel point l'économie est touchée par la crise sanitaire. Alors que tout le monde était appelé à rester chez soi, de nombreux secteurs ont été entièrement paralysés. En conséquence, on prévoit une contraction de l'économie de l'Union européenne de 7,5 % en 2020.
Malheureusement, cette sombre prévision pourrait ne pas refléter la réalité et même, s'avérer pire si nous faisons face à une seconde vague de la pandémie.
Tous les acteurs économiques sont touchés : de nombreuses personnes craignent de perdre leur emploi et sont donc réticentes à dépenser, tandis que les entreprises sont confrontées à de fortes perturbations dans leurs chaînes d'approvisionnement. Les gouvernements voient les recettes fiscales baisser et les dépenses sociales augmenter, ce qui va créer des déficits budgétaires, accroître les niveaux d'endettement et les coûts d'emprunt.

Besoin d'une réponse ambitieuse

Face à l'ampleur de la crise, les députés ont demandé des actions audacieuses et décisives de la part de l'Union européenne, à travers une résolution adoptée le 15 mai.
L'UE élabore actuellement son prochain budget à long terme et doit maintenant prendre en compte les développements qui se produiront dans les années à venir. C'est pourquoi il est important que ce budget à long terme inclue des mesures de relance.
Néanmoins, le Parlement insiste pour que le plan de relance s'ajoute au budget prévu initialement et non au détriment de programmes européens existants et à venir. Les députés européens ont également prévenu que, si les demandes du Parlement concernant l'augmentation du budget n'étaient pas satisfaites, ils n'hésiteraient pas à opposer leur veto au budget à long terme.
Selon eux, le fonds de relance devrait bénéficier aux citoyens et aux secteurs les plus durement touchés par la crise et être principalement versé sous forme de subventions. En effet, les députés craignent que des prêts n'aggravent la situation financière de certains États membres en crise.
La résolution suggère que le « Fonds de relance et de transformation » soit financé « par l'émission d'obligations de relance à longue échéance » garanties par le budget de l'UE. Elle souligne également la nécessité de nouvelles sources de revenus pour le budget de l'UE.
L'Union européenne devra toujours prioriser les actions climatiques ainsi qu'une stratégie numérique, déclarent les députés, ajoutant qu'un nouveau programme de santé de l'UE devrait voir le jour afin de garantir que du matériel médical soit disponible dans toute l'UE en cas de besoin.

bluekai