Retour à l’accueil

Pénurie de médicaments dans l'UE : les causes et les solutions

Découvrez pourquoi il y a une pénurie de médicaments, l'impact du coronavirus et comment le Parlement veut améliorer la situation.

La crise sanitaire provoquée par la Covid-19 a mis en lumière un problème majeur : la pénurie de médicaments et de matériel médical qui met la vie des patients en péril et les systèmes de santé sous pression.
En avril 2020, l´alliance des hôpitaux universitaires européens a prévenu que la demande croissante pour des anesthésiques, antibiotiques, relaxants musculaires et médicaments hors AMM (autorisation de mise sur le marché) au sein des services de soins intensifs pour traiter la Covid-19 pourrait mener à un épuisement des stocks. La baisse de la production, les soucis logistiques, les interdictions d'exportation et le stockage augmentent également le risque de voir des goulets d'étranglement se former.
Le 14 juillet, la commission de l'environnement du Parlement européen (ENVI) a adopté un rapport appelant à « l'indépendance » de l'UE dans le secteur de la santé, en assurant l'approvisionnement, la relance de la production locale de médicaments et en coordonnant de manière plus efficace les stratégies sanitaires de l'UE.

Quels sont les causes d'une pénurie de médicaments ?

Entre 2000 et 2018, les pénuries dans l'UE ont augmenté par 20 et, d'après une communication de la Commission, les pénuries sont en augmentation pour les médicaments essentiels.
Les raisons derrière ce manque sont complexes : problèmes de fabrication, quotas industriels, marché de vente parallèle, hausse inattendue de la demande ou encore la fixation des prix décidés au niveau national.
L'UE dépend de plus en plus sur des pays tiers (principalement l'Inde et la Chine) pour la production d'ingrédients pharmaceutiques actifs, de matières premières chimiques et de médicaments.

La dimension géopolitique des pénuries de médicaments


•    80% des IPA (ingrédients pharmaceutiques actifs) proviennent de l'Inde ou de la Chine
•    40% des médicaments finis vendus en Europe proviennent de l'Inde ou de la Chine
La Chine et l'Inde produisent 60% du paracétamol, 90% de la pénicilline et 50% de l'ibuprofène dans le monde

Quelles sont les solutions proposées par le Parlement ?

Le rapport adopté par ENVI report s'axe autour de trois domaines prioritaires :
•    Un retour à l'indépendance de l'UE pour assurer la disponibilité de médicaments et de matériel médical
•    Une meilleure coordination au niveau de l'UE pour compléter les mesures nationales afin de garantir l'accès à des services abordables et de qualité
•    Une meilleure coordination entre les pays de l'UE
Les députés ont salué le nouveau programme « UE pour la santé » qui a pour objectif d'améliorer la disponibilité des médicaments et de l'équipement médical et réclame plus d'efforts au niveau européen pour gérer les pénuries et favoriser la recherche, l'innovation et la coordination entre les stratégies sanitaires - y compris par le biais d'une utilisation accrue des achats communs de médicaments dans l'UE.
Le rapport appelle à la mise en œuvre des étapes suivantes :
•    Identifier les sites potentiels dans l'UE pour une production pharmaceutique, en donnant la priorité aux médicaments essentiels et stratégiques
•    Instaurer des incitations financières pour encourager les producteurs à s'installer en Europe
•    Créer une « réserve pour imprévus » au niveau de l'UE, qui servira de « pharmacie d'urgence européenne » et réduira le risque de pénuries
•    Échanges de bonnes pratiques sur la gestion des réserves, garantir la transparence et une distribution juste
•    Utiliser de nouveaux outils numériques pour partager les données sur les pénuries
•    Favoriser la circulation de médicaments entre États membres
•    Soutenir les investissements dans la recherche
Dans une résolution adoptée en 2017, le Parlement avait déjà appelé à une meilleure traçabilité des coûts de R&D, du financement public et des frais de mise sur le marché pour rendre les médicaments plus abordables.
En avril, la Commission européenne a publié des orientations pour lutter contre les pénuries suite à la pandémie. Elle a appelé les États membres à lever les interdictions d'exportation et éviter d'avoir recours au stockage, augmenter et réorganiser la production, garantir une utilisation optimale dans les hôpitaux en redistribuant les stocks, peser l'utilité des médicaments alternatifs et optimiser les ventes en pharmacie.

Une stratégie pharmaceutique pour l'UE

Le rapport demande à la Commission de s'attaquer au problème de la disponibilité et de l'accès aux médicaments et sur la dépendance de l'Europe dans la future stratégie pharmaceutique pour l'UE. La stratégie devrait proposer des mesures permettant un meilleur accès à des médicaments plus abordables, soutenir l'innovation dans l'industrie pharmaceutique de l'UE, combler les lacunes du marché (les nouveaux antimicrobiens, par exemple) et réduire la dépendance directe sur les importations de matières premières provenant de pays tiers.

Prochaines étapes

Les députés devraient voter le rapport pendant la session plénière de septembre 2020.

bluekai